Feuillets de cuivre

53779-1

« Une bibliothèque, c’est une âme de cuir et de papier. Il n’y a pas meilleur moyen pour fouiller dans les tréfonds d’une psyché que de jeter un oeil aux ouvrages qui la composent. La sélection, le rangement, le contenu, même la qualité de la reliure : tous les détails sont importants. Me croiriez-vous si je vous disais que j’ai résolu toutes mes enquêtes à partir de livres ? »

Alors que la plupart de ses contemporains ont fait le choix de l’opium, de l’ésotérisme ou des maisons closes pour oublier le temps de quelques spasmes fiévreux la rumeur chaotique du vice qui les étreint, Ragon, lui, s’en remet à ses compagnons tout en reliure et vélin. Figure singulière de la Sûreté parisienne, cet enquêteur est, plus qu’un bibliophile effréné, un lecteur vorace qui avale les mots des autres pour mieux les faire siens au coeur de sa tourmente organique.

Doté d’un raisonnement presque holmésien et affublé d’un embonpoint faisant de l’ombre à ses redingotes les plus ternes, Ragon traque les monstruosités tapies dans le ventre d’un Paris où le crime confine à un vulgaire jeu d’énigmes.

C’est à travers quelques carnets datés que nous survolons aux côtés de Ragon la fin du XIXe siècle français, en glanant au gré de ses sordides affaires des indices, ou plutôt de ténus pressentiments sur ce que cache en réalité ce marasme trop criard. Des épisodes ainsi que des personnages historiques viennent habilement détourner notre attention, pour mieux nous régaler d’un décor emblématique : l’affaire Dreyfus coule jusque dans le canal St-Martin, le brouillard dérobe aux regards des loges maçonniques, les frères Goncourt, Maupassant et quelques autres sont de passage entre les pages…

Ces Feuillets de Cuivre empruntent à l’éther sa nuance impalpable mais essentielle qui structure tout le roman, en laissant à la plume le soin de tenir au sec une poudre prête à embraser n’importe quel esprit aussi perspicace que l’intrigue est riche d’une inventivité mise en abyme.

Du steampunk qui gravite à toute vapeur au milieu d’un genre déjà prolifique et audacieux ! Amateurs, prenez vos places en première ; néophytes, bondissez sur ce wagon en marche !

Les Feuillets de Cuivre sont à dérober dans la bibliothèque des éditions ActuSF.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s